Carnet de voyage : le Mexique, partie 2

Posted in Photos, TripsLeave a comment

Et voilà, un peu plus d’un mois après mon retour, la suite des aventures mexicaines !! Eh oui, on n’a pas tant de temps que ça quand on travaille toute la semaine et bouge tous les week-ends.

Donc, souvenez-vous, nous en étions là :

Acapulco – Barra de Coyuca (jour 7 et 8), nous quittions la ville de Puerto Escondido en direction d’Acapulco.

Après quelques heures de route, on commence à trouver qu’il y a vraiment beaucoup beaucoup de barrages militaires, et ce qui devait arriver arriva. Après avoir éviter la fouille une première fois en jouant les touristes pressés et naifs, on se refait controler quelques km plus loin. Faut dire que notre super camion, avec ses vitres teintées et ses gringos, a vraiment l’air d’une camioneta de narcos. Heureusement, nous ne sommes pas des trafiquants, la fouille est rapide et on repart.

Les mexicains ont une façon très particulière de conduire, disons qu’ils ne respectent pas vraiment le code de la route, du moment que ça passe. J’ai déjà parlé de la façon de doubler, à trois de front sur une route à double sens. Eh ben, on peut aussi parler des lignes continue. Eh oui, cette fois ce n’est pas moi au volant, mais Frédéric, qui comme tout le monde (moi inclus) double gentiment sur une ligne continue (ya de la visibilité, pas de problème). SAUF que là, pas de bol, pour une fois ya des flics. Eh oui, et les flics ils aiment pas trop quand on fait ça devant eux. Donc ils nous arrêtent. Heureusement, au Mexique, il y a 2 sortes de ligne continue : la simple et la double. Aucune différence. Mais comme celle qu’on vient de franchir est simple, je joue l’innocent: « Ah bon, l’interdiction de doubler c’est pas uniquement quand la ligne est double ? oooohhh, dééésooooléééé, on le fera plus alors, c’est promis monsieur l’agent !!… »

Je ne m’étendrai pas sur les difficultés de circulation à Acapulco, c’était tout simplement délirant tellement ça bouchonnait (et puis on en avait vraiment ras-le-bol de la voiture).

Et on arrive ENFIN à Barra de Coyuca, petite plage à 10km d’Acapulco, et qui appelle à la farniente au bord du Pacifique, un marga à la main, et les dauphins qui jouent avec les énormes vagues… Chouper !

Mon lit : original ! (Mais j’ai passé la nuit à me faire bouffer par une espèce d’insecte malveillant, j’avais la tronche pleine de boutons au réveil)

Lit suspendu a Barra de Coyuca

Le lendemain, petites balades en bateau ou à pied dans la lagune et baignades au programme de la journée, on se repose et se détend, on prend le temps… avant une groooosse soirée (no comment, on rigole bien) ! Le groupe s’agrandit de Mathilde et Frédéric qui atterrissent dans la soirée à Acapulco.

Et pendant la nuit, je me fais bouffer le reste du corps par mon insecte, j’ai une gueule d’enfer au réveil !

 

Taxco (jour 9)

Départ tardif de Barra de Coyuca, en ordre dispersé. En route pour la capitale de l’argent (le métal, pas la monnaie) : Taxco. Pause déjeuner interminable pour notre voiture, mais tellement sympa, aucun regret de ce côté. Les grillades et tortillas sont cuites sur un bidon alimenté par un feu de bois, les gens sont sympas et marrants… rien à redire, si ce n’est que les toilettes font un peu peur… Barf, le rustique, ça a son charme !

Les tortillas cuites sur... un bidon. Mais ca reste trop bon !

On arrive du coup relativement tard à Taxco, mais on se réserve la matinée du lendemain pour visiter la jolie petite ville et faire des emplettes (l’argent ne coute pas cher du tout !!).

C’est marrant de voir qu’au Mexique, la Saint Valentin est un jour très observé, tous les jeunes se retrouvent en ville (plutôt en soirée) pour s’offrir des cadeaux (enfin entre amoureux, pas au hasard quand même), et il ya de la déco et des fleurs vraiment partout ! Je suis pas trop pour en temps normal, mais là, ça passe très bien.

Après avoir visité la ville et dépensé nos pesos dans du bel argent à 92,5% minimum, nous repartons, la prochaine étape étant Puebla.

 

Puebla et Cholula (jour 10)

L’arrivée sur la ville est franchement chouette, Puebla s’étend au pieds de montagnes volcanique dont le fameux Popocatépetl, au sommet enneigé. On galère franchement pour trouver l’hôtel et sommes obligés de demander de l’aide à un taxi.

L’apéro à l’hôtel est très moyen, le repas bien pire, bref… soirée inoubliable, mais pas pour de bonnes raisons. Mais au moins le petit déjeuner est bien, et nous partons visiter la ville de bon matin, tous entassés dans le camion. Ladite ville étant plutôt jolie, malgré une cathédrale triste d’extérieure, les bâtiments alentours sont colorés et décorés.

Cholula, au contraire de Puebla sa très proche voisine, est une petite ville. La ville a l’air bien plus agréable, on décide de s’y attarder un peu.

Au sommet d'un butte... une eglise.

On fait du shopping vestimentaire parce qu’on trouve enfin des ponchos et autres capucheras sympas. Et vient l’heure de repartir, nous remontons dans nos voitures pour nous rendre à Mexico D.F.

El D.F. (jours 10 & 11)

L’arrivée sur place est très compliquée, ça n’est jamais facile pour un touriste de conduire à Mexico. Un flic nous arrête sous prétexte qu’on a brûlé un feu alors qu’on est passé au vert en même temps que tout le monde, ça commence à vraiment m’énerver et je me laisse pas faire, et les flics finissent pas nous laisser tranquille. Non mais, sans blaaague !!!

Pour ma part, je file (avec Claire et Mathilde) retrouver Adi, un copain qui vit à Mexico, et qui nous emmène boire un pti verre avec quelques uns de ses amis.

Le lendemain, faut avouer que la météo n’est pas très engageante, il pleut et fait relativement froid… c’est nouveau pour nous au Mexique, et c’est apparemment peu courant à cette époque de l’année… du coup, on visite peu la ville.

Le soir, je me refais une petite sortie avec Adi, qui m’emmène cette fois place Garibaldi, lieu culte pour voir les mariachis en action !

Dans un bar a mariachis, "una bandera" (drapeau mexicain: vert, blanc, rouge = citron vert, tequila, et... je sais pu le 3eme, un truc qui pique)

 

Queretaro (Jour 12)

Départ le lendemain midi pour Queretaro, la route se passe rapidement. Clem et Diana, qui se marient 2 jours plus tard, sont de passage dans cette ville pour quelques préparatifs – c’est pas très loin du lieu du mariage et la tante de Diana habite ici. D’ailleurs, c’est l’occasion de passer voir tout ce petit monde, on dînera même avec la tante et le frere de Diana, ainsi que des amis de Clem et Diana.

La ville de Queretaro est d’ailleurs super chouette, c’est grand mais pas trop, vivant mais pas dangereux, joli… En plus, on trouve une opportunité de tester la vie nocturne (grâce à la soeur de la témoin de Diana qui étudie justement à Queretara – vous suivez ?) Et que dire de la Mansion del Burro Azul, notre hébergement où l’accueil est tout simplement quasi parfait !

Bref, très bonne impression sur la ville, confirmée le lendemain matin lors de la dernière balade en ville. Puis vient l’heure de se mettre en route vers San José Iturbide pour le mariage. Eh oui, après tout, c’est ça la vraie raison de notre venue au Mexique !!

 

Voilou, c’est ainsi que s’achève la première tranche d’aventures mexicaines, à 12 puis 14 personnes entassées dans une fourgonnette et un 4×4 géant, une belle boucle au sud de Mexico:

Suite avec les aventures des Adriens dans le Yucatan bientôt ! …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *