Carnet de voyage en Indochine : VIETNAM, partie 4 (Ha-Long Bay, Hanoi, & Sapa)

Posted in Photos, TripsTagged with , , 4 Comments

INDOCHINE TRIP (Sept-2010) — english translation to come —

(pour lire l’épisode précédent, c’est –> par là <–)

(pour voir toutes les photos de la baie d’Ha-Long, c’est –> par ici <– ; et pour Sapa, c’est –> par là <–)

(rappel de notre parcours : –> allez voir là-bas <–)

(pour râler parce que ça fait trop longtemps que j’aurais dû poster cet article, merci de vous adresser –> ici <–, ils ont l’habitude des plaintes)

On roule quelques heures dans la campagne, entre collines et rizières, pour finalement arriver près de la ville moderne construite spécialement pour le tourisme. Elle est très moche, même vue de loin. Un peu dommage, mais bref, on est pas là pour la ville, les sites intéressants sont suffisamment loin.

On embarque sur l’une des innombrables embarcations qui sillonnent la baie. Ca fait même un peu peur tant il y en a. Mais heureusement, ça s’arrange dès qu’on se met en mouvement, surtout qu’on est hors saison. Il ne faut pas espérer voir la baie d’Ha-Long calme et sans touristes ; mais les bateaux ont au moins le mérite (à mon goût) d’évoquer la forme des bateaux traditionnels, donc ils sont plutôt jolis.

On visite une grotte immense sur une île, on fait une balade en canoë dans les environs et même parfois _dans_ les îles (il y des îles un peu comme dans le film « La Plage », mais… sans la plage). C’est vraiment un paysage somptueux, seul le temps n’est pas de la partie. Légère brume, bruine puis rapidement pluie… l’idéal aurait été un beau soleil, mais ça a l’air d’être rarement le cas ici. Nos repas à bord du bateau ne sont pas terribles, mais on n’est pas là pour les repas non plus, hein. Le repas est compris dans le voyage, mais pas les boissons (sauf l’eau, je crois). Donc attention quand même à l’addition. Sur le bateau, on sympathise avec un rugbyman australien exilé à Perpignan, très sympa.

Le lendemain il fait encore plus moche, il pleut vraiment beaucoup. On fait une petite halte sur une île dont le sommet, assez élevé, donne un joli panorama – quand il fait beau.

On ne peut que croire notre guide sur parole. Heureusement ça se découvre en fin de matinée, donc on profite d’une paire d’heures sans pluie. Youhou !

Retour à Hanoi dans l’après-midi, on se prépare pour notre notre excursion à Sapa dans 2 jours. On fait un petit apéro sympa au –> Zigzag café <– (aucun touriste, je sais plus si je l’ai déjà dit) et ensuite un petit dîner de morning glory parce que, je sais plus si je l’ai déjà dit, mais on adore ce truc !! C’est un genre d’épinard, moins de feuilles et plus de tiges, mais c’est vraiment trop bon, cuisiné avec de l’ail et tout, c’est top !

Le lendemain matin, notre motivation pour aller visiter Ninh Binh (levé à 6h) retombe avec le déluge qu’on découvre. Bon, c’est tout de même la saison des pluies. On laisse tomber, et c’est une grossière erreur car 2h plus tard, il fait très très beau, et c’est comme ça toute la journée ! Pfff, les nuls…

Du coup on visite encore Hanoi, dans des coins moins fréquentés par les touristes, et son musée des Beaux Arts. Et puis on déjeune au –> Dac Kim <–, un bún chả de la mort qui tue ! C’est excellent !

Le soir, on s’installe dans notre train direction Lao Cai, qu’on atteindra tôt le lendemain matin. Ségolène, Lucie et Nicolas nous ont rejoints dans la soirée, et la nuit dans le train passe vite entre les jeux de cartes, les discussions et le quelques heures de sommeil.

A Lao Cai, on prend vite un mini bus. La route jusque Sapa est normalement assez courte, environ 1h je crois. Mais c’est sans compter la saison des pluies et ses glissements de terrain. Le premier que l’on rencontre est vite dégagé (un camion qui s’est pris un rocher, ça aurait pu très mal se terminer), mais le second est impressionnant. La route est ensevelie sous des tonnes de terre. Heureusement, il y a un chantier avec une pelleteuse pas très loin, qui vient dégager la route. Ca ne nous prendra ‘que’ 2h. Au total, on aura mis 4h pour faire 30km. Pas mal.

Arrivés à Sapa, notre chauffeur s’engueule avec un type sur la route. Et ça rigole pas, ils essaient de se fritter à coup de machette ! On dégarpit dans notre hôtel dès que possible. Sait-on jamais, si ça dégénère vraiment, j’veux pas prendre un coup de machette. Ou si yen a un qui sort son vieux fusil… 😛

Sapa est une très jolie ville, point de départ réputé pour des balades et visites dans les villages des minorités Hmong. Il y a beaucoup de touristes. Les femmes et jeunes filles Hmongs essaient de vendre des produits d’artisanat, et pour ça elles n’hésitent pas à suivre les touristes pendant des kilomètres sans rien dire, en portant leur bébé, leurs fardeau etc… Juste sous Sapa, il y a un village Hmong justement, très facile d’accès, c’est plutôt joli et c’est l’occasion de faire des jolies photos.

Il y a des petits cochons qui se gratouillent sur les pierres, des chiens errants un peu menaçants, mais surtout des Hmongs partout (surtout les femmes et les jeunes enfants, les autres bossent aux champs je crois). La journée passe vite, et se termine sur une belle pluie. Ca change…

Le lendemain matin, on part tôt pour un trek de 2 jours. Enfin, une randonnée, quoi. Et là, c’est tout simplement magnifique. On marche entre les rizières, on croise des villages vraiment isolés, des fermes perdues dans la montagne, et comme on a choisit l’option 6h/jour de marche que peu de touristes font, on voit vraiment des coins où les locaux n’ont pas l’habitude de voir des touristes. Ils ne cherchent même pas à nous vendre quoi que ce soit. Et puis c’est marrant, ici le chanvre pousse partout, donc régulièrement on a un sursaut au détour d’un chemin en sentant une odeur connue, mais qu’on aurait pas imaginée ici.

A la fin de la journée, après une bonne baignade dans un torrent et dans une cascade, on dort chez un local dont le métier semble être d’héberger les touristes comme nous. Avec les guides (2 espagnols dorment au même endroit que nous), il prépare un repas… génialissime ! c’est délicieux !! Tout est fait maison, à la main, cuit sur un petit feu dans la pièce qu’on pourrait appeler cuisine vu qu’il y a une étagère avec la vaisselle et le feu… Notre guide, la trentaine bien tassée, nous explique pendant le repas en quoi consiste sa vie, les difficultés quotidiennes qu’il rencontre, et nous explique les problèmes rencontrés par les minorités locales. La guide des espagnols, une fille d’à peine 16 ans, parle un peu moins. La soirée est super, et les 3 vietnamiens essaient de nous soûler avec leur sorte de vin de riz, franchement pas très bon, mais c’est marrant !

Le lendemain matin, je me lève avec le soleil pour quelques photos… assez décevant, je ne suis pas inspiré. Mais c’est l’occasion de voir les enfants mener les troupeaux de boeufs, les adultes aller travailler dans les rizières, etc… Ici on vit vraiment avec la lumière du jour.

Après un pti déj costaud pas très traditionnel (banana pancakes, mais c’était trop bon !) on se remet en route. il fait encore plus chaud que la veille, ça grimpe bien, et c’est toujours aussi beau. Une fois arrivés au terme de notre balade, dans un village au bord d’une route goudronnée, on se retrouve à soigner la blessure au tibia d’une mamie Hmong qui n’a pas l’air d’avoir les moyens de se soigner. La plaie n’est pas très grave à la base, mais assez ancienne et franchement pas belle à voir car elle n’a pas été désinfectée… Bref, un élément supplémentaire qui nous rappelle que notre vie est bien simple et facile comparée à celle des ces gens.

Retour à Sapa, on dîne dans un bouiboui, et on trinque à la mode locale avec les étudiants vietnamiens de la table voisine (ils ont insistés pour nous offrir une bouteille de leur vin de riz), très sympas. On finit la soirée en allant regarder une sorte de kermesse nocturne de l’école élémentaire locale, avec des spectacles d’enfants etc… Assez inattendu, mais c’est marrant aussi.

Le lendemain, avant le départ de Lucie, Ségolène et Nicolas, on a tout de même le temps de se faire une balade en scooter, pour voir une belle cascade – la Cascade d’Argent, mais impossible de retrouver le nom vietnamien – et se faire le col le plus haut du Vietnam, non loin du Fansipan. Nos 3 amis nous quittent pour retourner à Ho Chi Minh City, et nous on se prépare pour notre looooongue route de 2 jours vers le Laos le lendemain.

La suite des ces trépidantes aventures dans un prochain article, dans quelques jours au mieux ou quelques mois au pire…

4 thoughts on “Carnet de voyage en Indochine : VIETNAM, partie 4 (Ha-Long Bay, Hanoi, & Sapa)

  1. vraiment trop cool ton blog.
    tu devrais imprimer tout ça dans des beaux albums (texte inclus)!
    on t’iadera si il faut.
    ++
    Grand Biloute

    1. Merci.
      Pour le moment, ne n’imprime que des albums photos, mais j’avais en tête d’imprimer aussi le blog… mais peut-être pas en super qualité vu que ça coûte cher. Pour le Japon, j’avais imprimé les pages de mon blog et je les stocke avec l’album photo, ça me permet de ne plus avoir besoin d’internet pour me souvenir de mes conneries ^^

  2. Bonjours, je découvre votre blog et waouh. Grand coup de coeur pour les deux photos avec les enfants. Je trouve toutes vos photos jolies mais celles-ci particulièrement. Un gros merci pour la découverte et l’émotion!

    1. Merci! Je suis content que certaines de mes photos véhiculent un minimum les impressions et émotions ressenties au moment où je les ai prises 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *